Category: Blog

La Cornouailles : une région qui inspire les plus grands artisans de la poterie en France

Cette partie de la Bretagne possède un littoral sauvage et accidenté mais aussi des plages très abritées, et est balayée par des vents violents tout en bénéficiant d’un climat tempéré. Le patrimoine culturel exceptionnel du Finistère sud est amplement évident à Quimper, la capitale, et lors du Festival de Cornouaille qui s’y déroule. Correspondant au royaume historique de Cornouailles, le Finistère sud est bordé au nord par les Monts d’Arrée et la Presqu’île de Crozon, et à l’est par les Montagnes Noires. Comme le nord du Finistère, au nord, et le Morbihan, au sud-est, la région possède un littoral découpé avec d’impressionnants promontoires, de larges baies et des criques abritées.

La pointe du Van et la pointe du Raz, deux promontoires à l’extrémité ouest du Finistère sud, comptent parmi les endroits les plus sauvages et les plus beaux de la région. C’est ici, au bord de l’Atlantique, que se sont développés quatre des plus grands ports de pêche côtière et hauturière de Bretagne – Concarneau, Douarnenez, Le Guilvinec et Camaret. À l’intérieur des terres, le sud du Finistère est une région de campagne préservée, avec des bois et des rivières étroites qui traversent de profondes vallées où l’on peut découvrir des chapelles étonnamment splendides, nombreuses avec de splendides retables et calvaires.

C’est aussi dans le sud Finistère, avec le Morbihan, que perdure l’esprit de la Bretagne ancienne, mythique et préchrétienne, le plus concrètement. L’esprit breton est imprégné d’un autre monde, d’anciennes idées et rituels païens qui ont donné naissance à des légendes entourant d’innombrables saints. L’Armorique est aussi le pays des Chevaliers de la Table Ronde et des compagnons du roi Arthur, dont les légendes animent une partie de l’histoire passionnante et romantique de cette région.

Quimper, la capitale de la poterie bretonne

C’est cette terre laquelle abrite le Quimper, la capital. Quimper n’est pas seulement une ville du nord-ouest de la France. C’est aussi un peuple et une poterie.

Pour les Quimperiens, le nom de la ville est Kemper, qui dans leur langue décrit un confluent de rivières. (“Quimper” est une interprétation quelque peu absurde car tous les dialectes bretons n’ont pas un “Q” et une vraie prononciation française serait différente de la vraie “kem-pair”). En tout cas, « confluent des rivières » est une description appropriée, car la ville est située à la jonction de deux rivières, l’Odet et le Steir. Deux autres rivières, le Jet et le Frout, sont à proximité, mais voyagent sous terre à travers les limites de la ville. Historiquement, cette proximité des rivières signifiait un lieu idéal pour établir une usine de poterie et ainsi, Quimper est une ville de poterie depuis des siècles.

Son histoire “récente” de production continue de poterie commence en 1708. (Les comptes rendus précédents la datent de 1690, mais l’histoire n’est pas gravée dans le marbre et des découvertes récentes ont fourni de plus amples informations).

Dès la dernière décennie du XIXe siècle, trois usines de poterie étaient en activité dans la ville de Quimper. L’une était l’usine de Porquier, une autre était connue sous le nom de Grande Maison ou usine de la Hubaudière et la troisième, propriété de Jules Henriot, était appelée la Faïencerie d’Art Breton. La faïence émaillée en étain, connue en France sous le nom de faïence, était un produit populaire, en particulier les pièces peintes à la main avec des scènes illustrant la vie en Bretagne.

La fabrication de la faïence est un art. Surtout dans les premiers temps, avant l’introduction de méthodes plus modernes, lorsque les compétences techniques et artistiques nécessaires pour faire un morceau de faïence étaient assez décourageantes. Extrêmement difficile à maîtriser sa fabrication, à Quimper, on est connu pour assimiler la faïence à la “pâte feuilletée” de la production de poterie.

L’utilisation d’une glaçure d’étain opaque est un facteur qui distingue la faïence des autres types de poterie. Les pièces fabriquées par ce procédé étaient appelées faïence en France, en Espagne, en Allemagne et en Autriche; aux Pays-Bas, ils s’appelaient Delft; en Angleterre, le terme était Delftware; et dans l’Italie de la Renaissance, de telles pièces étaient appelées maiolica, ce qui ne doit pas se confondre avec la majolique, c’est en fait un nom commercial de la poterie Minton en Angleterre pour un produit de l’époque victorienne fabriqué à l’aide de glaçures et de méthodes de production sensiblement différentes.

La tradition de la production de faïence Quimper se perpétue aujourd’hui. Mais tout comme la comparaison d’un modèle T avec un produit actuel de Ford Motor Company, le Quimper d’aujourd’hui est très différent du Quimper vintage. Dans de nombreux domaines de la collecte, il existe une ligne de démarcation ; pour la poterie de Quimper, cette ligne est la Seconde Guerre mondiale. Les techniques et les machines modernes introduites dans les jours qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale ont abouti à la création d’un produit différent. Vintage Quimper fait référence aux pièces fabriquées avant cette période; la production ultérieure tombe dans le genre de collection.

Au cas où vous venez de rejoindre notre discussion en cours sur l’histoire de la poterie de Quimper, nous avons fait notre chemin depuis le tout début de la poterie de Quimper “moderne”, c’est-à-dire, à partir de la fondation d’une usine par Pierre Bousquet en 1708, ensuite son entreprise à travers la Révolution française, les débuts de la concurrence locale sur le marché et les effets inévitables de la mort et des impôts. Nous nous sommes d’abord concentrés sur l’usine qui a tout déclenché, ce qui est devenu populairement connu sous le nom de HB Quimper ou La Grande Maison, puis nous nous sommes tournés vers celles qui ont suivi … la première étant la poterie de Porquier, après cela, la deuxième poterie concurrente, de d’autre mots, celle qui est devenu connu sous le nom d’Henriot.

Le duel qui a marqué la poterie à Quimper : Jules v. Jules

On doit nous arrêter dans les années 1920 avec une compétition entre le duel Jules, le duel de Jules Henriot et Jules Verlingue chez HB, créant une atmosphère d’expérimentation et d’innovation dans la poterie comme on ne l’avais jamais vu dans l’histoire récent de la Finistère.

Peu de temps après, HB a lancé sa série à succès Provinces Françaises, dont les motifs emblématiques d’autres régions de France était très remarquables. Henriot, ensuite, s’est « inspiré » pour faire de même. Ci-dessus, une paire d’assiettes Henriot représentant des paysans habillés en costumes normands.

D’autres nouveaux modèles ont également été produits, y compris un motif connu sous le nom d’ivoire corbeille.

Le motif ivoire corbeille présentait généralement une couleur de fond crème / pêche / rose distinctive accentuée de petits cercles épongés bleus et de traits ressemblant à des pétales rose-rouge. Il a commencé dans les années 1920 comme une conception de surglaçure ; les versions ultérieures ont été appliquées sous glaçure, c’est-à-dire directement sur celle-ci. techniquement et artistiquement une proposition plus facile. Remarque important : Les collectionneurs intéressés par des exemples antérieurs doivent être conscients des différences et être capables de faire la distinction entre les deux techniques.

Henriot a introduit un autre nouveau motif au début des années 1920, il s’appelait croisillé. Conçu par Corentine Huitric, l’élément de motif était vaguement basé sur une technique utilisée par Claude Guillibaud au 18ème siècle à Rouen. Exigeant un peu plus d’habileté et relativement chronophage, le motif était généralement réservé aux articles plus chers.

Le début des années 1920 voit la poterie Henriot sortir les arrêts et produire des pièces dignes de l’excès et de l’exubérance de l’époque. C’est aussi à cette époque que la poterie Henriot réédite les dessins de Porquier-Beau. Porquier a fait faillite en 1903-1904 ; Henriot a acheté les moules et les motifs et les droits d’utilisation de la marque en 1913, mais n’a fait usage de cet achat qu’après la reprise de la production à la fin de la Première Guerre mondiale.

L’atelier Henriot des années 1920 a servi de modèle aux artistes d’usine chargés de recréer une scène de Porquier-Beau. Alors que les scènes étaient fidèlement copiées des aquarelles originales de Beau du 19ème siècle, les couleurs utilisées dans les versions ultérieures d’Henriot reflétaient naturellement les styles de l’époque et avaient tendance à être plus lumineuses, avec l’utilisation d’une teinte d’orange relativement forte par exemple. Notant qu’il n’y a pas de “toujours” quand il s’agit de poterie de Quimper, mais que la glaçure orange vif peut être une indication de ce que l’on appelle parfois à tort “deuxième marque Porquier-Beau”. Pour être vraiment précis, il y a deux marques Porquier-Beau qui ont été utilisées avant l’achat d’Henriot … à la poterie de Porquier elle-même. D’abord, un P et un B entrelacés sans empattement jusqu’en 1894 et avec un empattement après cette date, laquelle s’agit d’une date qui dénote la fin de la participation active d’Alfred Beau à la poterie.

La vraie seconde marque Porquier-Beau, le même P et B entrelacés mais maintenant avec un empattement. Comme indiqué précédemment, il a été utilisé à partir de 1894, après que Beau a mis fin à son association avec la poterie … il était également souvent augmenté du titre de la scène. La marque Porquier-Beau utilisée par Henriot pour ses interprétations ultérieures du XXe siècle est la suivante :

Voici, on regard qu’il y inclus un numéro, lequel est utilisé pour identifier l’artiste responsable de la décoration de la pièce. Cette méthode de numérotation a également été utilisée sur d’autres productions Henriot facilitant à la fois le contrôle de la qualité et la détermination du paiement.

Un certain nombre de poursuites ont eu lieu au cours des premières décennies du XXe siècle.

Un de ces procès « Jules contre Jules » concernait la propriété de modèles et de motifs. La poursuite intentée par Henriot visait à faire breveter plusieurs motifs – quinze en tout – y compris leur restitution de certains fleurs comme l’ajonc et la bruyère.

Mais tout comme les procès antérieurs entre Porquier et HB n’ont pas abouti à la « propriété » de la création de motifs représentant des paysans habillés de façon traditionnelle, le tribunal a constaté dans ce cas que les scènes en question n’étaient pas propriétaires et appartenaient plutôt au domaine public

Une exception est une scène conçue par J-M Roquet en 1906 alors qu’il travaillait chez Henriot parce que dans sa décision de 1921, le tribunal a accepté la condamnation de M. Verlingue qui a été condamné à une amende de 2000 francs, ce qui est égale à plus de 2500 dollars d’aujourd’hui et HB s’est vu interdire de produire d’autres pièces avec ce dessin. Des exemplaires d’inventaire existants ont été condamnés à la saisie, pour lesquels Verlingue a dû payer 50 francs chacun, l’équivalent de plus de 60 dollars pour chacun.

Le tribunal a noté qu’il ne s’agissait pas d’un cas d’espionnage délibéré des entreprises, mais plutôt du fait que des travailleurs changeaient d’usines qui avaient souvent amené des poncifs et des modèles. Le tribunal a averti Verlingue d’être plus prudent à l’avenir. Piqué par la décision, Verlingue a peu de temps après riposté avec son propre procès.

Les origines de cette décision se trouve à l’origine même de la poterie de Jules Henriot, qui a commencé à produire de la faïence en 1891. Pour distinguer leur production, les pièces étaient signées d’un H et d’un R enlacés censé représenter Henriot (le H) et le nom de jeune fille de sa femme Riou (le R).

Au moment de la décision du tribunal, il était devenu habituel pour les deux usines d’ajouter “Quimper” à la marque pour la distinguer comme le lieu de production mais le procès de Verlingue a soutenu que le HR d’Henriot ressemblait trop étroitement à la marque HB de longue date de la poterie HB et a semé la confusion sur le marché. Le tribunal a accepté et Henriot a été invité à changer sa marque. Au départ, il a été suggéré que «H x R » serait acceptable. Mais finalement, la décision fut d’utiliser “Henriot” cette pratique débutant en 1922. La rivalité ne s’arrêta cependant pas et de nombreux exemples revinrent à Verlingue, rendant le H et le R un peu plus proéminents.

On ne peut qu’imaginer le chagrin de Jules Henriot d’avoir perdu devant les tribunaux, mais on pense aujourd’hui que le changement a en fait dopé les ventes puisque “Henriot” était plus facilement mémorisé, notamment par le marché américain de plus en plus important.

Duel au soleil, un duel aux nombreux contretemps

L’Agrume est une maison d’édition indépendante fondée par deux jeunes entrepreneurs français avec l’idée de raconter de belles histoires d’une façon très originale. L’éditeur publie généralement des bandes dessinées créées par des écrivains créatifs de nombreux coins du monde, ainsi que des livres et une Revue. Les thèmes abordés par ce projet étaient impressionnants et ce qu’il y a de mieux, c’est qu’ils sont le genre d’histoires qui vous font réfléchir, penser, voyager dans le temps, imaginer, rêver, etc. Dans le catalogue de l’Agrume, il y avait une section intitulée Jeunesse spécialement dédiée aux enfants pour leur offrir des expériences de lecture originales avec beaucoup de couleurs, d’aventures et de poésie.

Manuel Marsol – Festival de Narrativas CUÉNTALO

Duel au soleil est l’une de ces histoires qui font partie de ce recueil d’histoires. Il a remporté le prix Pépite 2018 du Meilleur livre illustré et le Prix carrément sorcière fiction 2019, en plus de recevoir un nombre incroyable d’éloges de la presse. L’auteur de cette merveilleuse œuvre est un madrilène né en 1984, Manuel Marsol, diplômé en publicité et communication audiovisuelle.

Denis Cheissoux, de France Inter, a déclaré que l’histoire a « une mise en scène géniale », Quentin Girard de Libération affirme « Sans aucun doute l’un des meilleurs albums jeunesse de ce début d’année » et Petite fleur Books affirme que c’est « Un très bel album aux couleurs pleines et chaudes », et de nombreux autres écrivains et éditeurs ont fait des commentaires vraiment positifs sur l’œuvre.

Un indien, un cow-boy, un arc, un pistolet. Mais rien ne se passe

Le titre de l’œuvre révèle partiellement le contenu du livre, Le Duel au soleil , et c’est une histoire qui se déroule dans le désert du Far West. Pour recréer un duel dans le Far West, il faut peu d’éléments: un désert où passe un tourbillon, des pantalon à franges, un arc avec une flèche tendue contre un revolver tiré, et bien sûr deux hommes qui sont prêts à se battre en duel, dans ce cas, un Indien à couronne de plumes contre un cow-boy au chapeau de cuir.

Un duel n’a pas besoin de beaucoup d’explications, chaque adversaire attend anxieusement la voix du juge pour attaquer et tous deux espèrent être les plus rapides dans la bataille. Les adversaires sont séparés par une rivière et se préparent à tirer. La tension est palpable. Mais ce combat ne sera pas si facile, car plusieurs contretemps retardent le duel: un oiseau se pose sur le chapeau du cow-boy et défèque dans son chapeau, un nuage passe et sa forme intrigue les deux complices, un train arrive, un bison géant charge et force le cow-boy effrayé à se réfugier de l’autre côté de la rivière… dans les bras de son rival indien. Finalement, les heures passent et le duel ne se matérialise pas. La nuit tombe et ils décident de reporter le duel au lendemain. Vous pouvez voir ici une petite vidéo qui vous donnera envie d’en savoir plus.

Duel au soleil est une histoire drôle et divertissante et, bien que le thème soit une bataille dans le Far West, elle n’a rien de violent. Une intrigue qui divertira petits et grands.

Le patrimoine culturel de la Cornouaille, le Festival de Cornouaille

Les êtres humains parlent généralement beaucoup de culture, et au fil des ans, le concept et la définition de la culture ont beaucoup changé. Nous la connaissons maintenant comme une sorte de tissu social qui englobe différentes formes d’expression dans une société donnée. Par conséquent, les coutumes, les pratiques, les façons d’être, les rituels, les types de vêtements et les normes de comportement sont tous des aspects inclus dans la culture. En tenant compte de cela, on ne peut pas dire qu’une personne est « inculte » ou qu’un certain groupe social manque de culture, mais on pourrait peut-être considérer qu’il y a des cultures avec beaucoup de diversité et d’autres peut-être un peu plus linéaires.

Le patrimoine de la Cornouaille, division politique de la Bretagne, dont la capitale historique est Quimper, est très diversifié. Et quand on parle de patrimoine culturel, la liste est longue puisqu’on peut citer le céramiste Corentin Le Pape, la danse bretonne et toutes les musiques traditionnelles, les coutumes locales, les histoires et légendes de la ville et bien sûr les activités et manifestations qui cherchent toujours à mettre en valeur et à entretenir cette richesse culturelle.

Origine du festival

En ce sens, le Festival de Cornouaille est une de ces expressions culturelles qui promeuvent et soutiennent la richesse culturelle de la Bretagne et sa diversité culturelle. Le festival a lieu chaque année à Quimper au mois de juillet et se compose d’au moins 180 représentations qui se déroulent tout au long de la journée (jour et nuit). Pendant le festival, il y a des concerts et des animations de toutes sortes et des concours pour déterminer les meilleurs danseurs, chanteurs et sonneurs. Vous pouvez donc imaginer toute la joie, les couleurs et la musique qui entourent le festival.

Ce festival est né en 1923 entre les mains de Louis Le Bourhis, qui a invité quatre reines des villes voisines et organisé des spectacles et un concours de danse pour reverser les recettes à des œuvres de charité, et a rencontré un succès retentissant. De ce moment jusqu’en 1947, il s’agissait d’une simple activité caritative, mais elle est ensuite devenue une sorte de célébration commune dans le pays, un rassemblement annuel ouvert qui gagnerait toute la Bretagne par cercles concentriques, dépassant ainsi la simple festivité locale ou départementale.

Malgré quelques revers, en 1982, les Fêtes de Cornouaille sont devenues le Festival de Cornouaille et en 2002, elles sont devenues définitivement un festival distinctif de la ville et de sa plus grande expression culturelle.  L’activité dure 9 jours et le dernier jour clôt le festival par un grand défilé auquel participent au moins 3000 danseurs et musiciens venus de toute la Bretagne.

Profitez ici d’un peu de ce festival et du grand défilé de clôture en 2019

Péninsule de L’ouest-Cornouaille et les trois pays qui la composent

L’ouest Cornouaille est une péninsule située dans le département du Finistère et certaines parties du Morbihan et des Côtes d’Armor. Évidemment, quand nous parlons de péninsule, il est évident que ce site a toujours des côtes très proches et que vous pouvez profiter de belles et larges baies, de plages avec des falaises, de rivières, de ports, etc. Mais c’est un endroit de contrastes, car on y trouve aussi des landes, des champs, des calvaires, des murets de pierre, des bocages, etc.

Les habitants et l’atmosphère de la ville font également partie de ce contraste, car la ville est parfois très calme, mais elle est aussi très active grâce aux ports, aux villes commerciales, aux marchés, aux musées, aux festivals et aux activités culturelles. Trois pays composent l’ouest Cornouaille : le pays Bigouden, le Cap Sizun et le pays de Douarnenez. Vous voulez les connaître un peu ?

Parmi ces trois pays, le pays Bigouden est le plus célèbre des pays bretons, et sa capitale est Pont l’Abbé, fondée au XIème siècle. La pêche joue un des rôles les plus importants dans l’économie de ce lieu, et l’un des éléments pour lesquels ce pays est le plus connu est Le Cheval d’orgueil, le best-seller de Pierre-Jakez Hélias. En ce qui concerne l’architecture, de nombreux bâtiments et constructions ont été préservés ainsi que de nombreux espaces naturels.

Le Cap Sizun est la proue de l’ouest Cornouaille. Il y a longtemps, la Pointe du Raz a été déclarée « Grand Site de France” et mesure environ 70 mètres de haut, entourée d’océans et de vents. En face de cette Pointe se trouve le phare carré de l’îlot de la Vieille, et au-delà des rochers et de la mer, à l’horizon, on peut voir l’île de Sein et, si le ciel est dégagé, le phare d’Ar Men. Si vous aimez la nature et ces moments où vous pouvez vous connecter avec les éléments de la terre, vous trouverez certainement cet endroit magique. De plus, la faune de la Pointe du Raz vous surprendra, car elle est l’habitat de nombreux oiseaux, des mouettes tridactyles et du guillemot, car elle est l’écosystème de nombreuses espèces. Bien sûr, l’office du tourisme a de nombreux projets pour tous ceux qui s’intéressent à cette magnifique destination touristique à des prix assez bas.

Le pays de Douarnenez est la troisième et dernière commune qui compose l’ouest Cornouaille, et c’est un endroit dont la réputation repose sur le fait d’être un port sardinier, bien qu’actuellement l’industrie de la pêche ait eu besoin de diversifier la production de produits de la mer ainsi que dans d’autres secteurs économiques. Depuis ce port, vous pouvez découvrir Poullan-sur-Mer, Pouldergat, Le Juch et Kerlaz à travers les chemins de randonnées pédestres ou équestres, et même par le chemin de la sardine. Avec Tréboul et Port-Rhu, c’est un port de plaisance important dans le Finistère. Et, fait curieux, à Douarnenez a été inventé le kouign-amann, un plat typique de cette région de Bretagne.

Si vous faites partie de ces gens qui sont fanatiques des ports, des plages, des falaises et de la mer en général, alors cet endroit est définitivement un must en France, un véritable joyau touristique.

Vous voulez voir d’autres endroits à visiter en Cornouailles ?

Alors ne manquez pas cette vidéo sur youtube : 

Office de tourisme de Redon

Comme la plupart des villes françaises, Redon dispose d’une Office du tourisme, situé à la place de la République, où vous pouvez vous rendre pour trouver des informations sur l’histoire, toutes les activités de loisirs que vous pouvez pratiquer dans le département et bien sûr d’autres lieux d’intérêt tels que les hôtels ou les restaurants.

Le site web officiel propose de nombreuses activités pour les personnes intéressées et en Beurette, si vous êtes attiré par l’histoire qui cache cette ville monastique, vous pouvez également découvrir de nombreuses curiosités sur le même site Tourisme pays Redon.

Dans la rubrique « Préparer mon séjour », l’office du tourisme fait une compilation de toutes les activités intéressantes à faire dans ce domaine. Ce pays de confluence s’appelle parfois Pays des 7 rivières, et évidemment toutes ces vallées offrent une incroyable variété de paysages et de couleurs. Les touristes et les habitants ont la possibilité de faire de la randonnée, du camping, de la pêche et de la voile. En vous promenant sur le quai, vous pouvez voir passer toutes sortes de bateaux et si vous souhaitez y mettre les pieds, vous pouvez louer des embarcations aux Capitaines et aux Equipages, pour une heure, un jour ou une semaine.

File:La Vilaine redon.JPG - Wikimedia Commons

Différents styles pour les amoureux des paysages

Si vous êtes attiré par l’idée de marcher et de profiter du son de la rivière et de voir les beaux paysages et les vallées qui entourent les courants d’eau, alors l’office du tourisme vous expliquera un peu les différences de chaque paysage, pour chaque vallée, un style différent. La Vilaine, le fleuve côtier offre un chemin de halage en amont de Redon et bien sûr la navigation, de l’Océan jusqu’à Rennes et St Malo. L’Oust est la porno plus longue rivière entièrement bretonne et se jette dans la Vilaine à Redon, et est entouré d’un chemin de halage, points de vue magnifiques, affleurements de granite et de schiste, maison éclusière, etc l’Isac lui aussi accueille le canal de Nantes à Brest, et en hiver, l’eau recouvre les marais pour protéger les amours des brochets. Le Don offre de grands arbres et des rochers, et vous naviguez dans son ruisseau frémissant d’émotion à l’évocation de la Fée Caraboss. Trois autres vallées valent la peine d’être vues : l’Arz, la Chère et l’Aff.

Des balades à vélo pour les plus sportifs

En Europe en général, le vélo est un moyen de transport très utilisé, et dans ce genre d’endroit, vous trouverez toujours de nombreuses personnes qui préfèrent faire du vélo et un peu d’activité physique tout en contemplant de beaux paysages. Bien sûr, le canal de Nantes à Brest est un parcours à ne pas manquer si vous voulez faire du vélo. Aussi « La Vélodyssée est une véloroute européenne (EV1) qui permet de parcourir l’Atlantique à vélo, elle relie le nord de la Norvège au sud du Portugal. La Vélodyssée traverse le Pays de Redon où elle emprunte le mythique Canal de Nantes à Brest sur environ 38 km de Guenrouët à Peillac.

Un autre itinéraire intéressant est La Voie 2 Bretagne à vélo de Redon à Saint-Malo est un itinéraire cyclable de 193 km qui permet de découvrir la Bretagne des canaux et des rivières et 3 cités de caractère, un itinéraire qui vous permettra de profiter de paysages variés et de la possibilité de rentrer en train. Les chemins de St Jacques-de-Compostelle passent par le Pays de Redon et  s’appelle la Voie des Capitales, c’est un parcours qui attire beaucoup de randonneurs en quête de spiritualité et aussi ceux qui recherchent un défi sportif.

Redon, une commune chargée d’histoire

Redon (Rdon en gaulois) est une commune de France situé dans le département de l’Ille-et-Vilaine, en région Bretagne. Elle compte 7 cantons et 53 communes. Redon est situé sur les rives de la Vilaine et de l’Oust et se trouve à un carrefour de voies navigables qui comprend également le canal de Nantes à Brest. Cette ville est le centre de la communauté d’agglomération Redon Agglomération regroupant des communes de 3 départements limitrophes (Ille-et-VilaineMorbihan et Loire-Atlantique). Redon est situé à 1 heure des grandes villes de Rennes, Vannes et Nantes. C’est une ville d’environ 10 000 habitants, construite autour de l’abbaye de Saint-Sauveur.

Cette ville monastique a été fondée en 832 par Saint Conwoion, elle était l’une des plus grandes villes de Grande-Bretagne au Moyen Age. Aujourd’hui, c’est l’une des plus importantes abbayes de Bretagne, en France. Grâce au développement de beeg, Redon commence à accueillir de la population et à acquérir de l’importance au sein du duché de Bretagne grâce à sa position stratégique. Au XIVe siècle, Redon est dotée d’un mur. Dans la ville, il y a une tour romane et une tour gothique qui sont situées près de la zone piétonne de la ville où l’on trouve de petites rues pavées et des maisons en bois. Bien qu’elle ne soit pas l’une des plus grandes villes de France, les Redonnais sont très fiers de la ville, qui est un véritable joyau en termes d’architecture et de culture.

Attractions à Redon

L’une des caractéristiques les plus importantes de la ville est qu’elle n’est ni une métropole ni une ville très moderne, mais il y a sans aucun doute de nombreux lieux historiques à visiter.

File:Redon - Chevet de l'abbatiale Saint-Sauveur et mairie ...

  • Principalement l’abbaye de Saint-Sauveur, fondée en 832, qui possède une nef romane du XIe siècle ornée de peintures murales du xVideos siècle. Sa tour a résisté à un incendie en 1780, mais plusieurs parties de la nef ont été détruites. Le vieux cloître est entouré de la Galerie des Anges Musicaux, du 18ème siècle. Aujourd’hui, les bâtiments de l’abbaye de Saint-Saveur abritent le lycée privé Saint-Sauveur.
  • La Grande Rue, créée au XVIe siècle, est également l’une des attractions les plus importantes de la ville, car on peut apprécier les maisons en bois.Le Parc Bel Air (Tarbes) - Lo que se debe saber antes de viajar ...
  • Le couvent des Calvairiennes, 26 rue Saint-Michel, un monument fondé en 1629 par des bénédictines. Il est aujourd’hui en partie occupé par un Institut d’Éducation Motrice et un Service d’Éducation Spéciale et de Soins à Domicile qui accueillent des enfants et adolescents en situation de handicap moteur.
  • À côté des quais de Santiago (Saint-Jacques) et de Duguay-Trouin, on trouve des maisons des XVIIe et XVIIIe siècles construites par les armateurs de l’époque. Dans celles de Jean Bart et de Surcouf, on trouve des maisons bourgeoises du XIXe siècle.
  • Le Parc Bel Air, très agréable pour un pique-nique en famille, surtout parce qu’il y a des jeux pour les enfants et les animaux domestiques.
  • Le musée des voies navigables, qui explique l’histoire des mécènes de l’Ouest.
  • Le canal de Nantes à Brest. Il dispose d’un chemin de halage qui peut être emprunté à pied ou à vélo.