La Cornouailles : une région qui inspire les plus grands artisans de la poterie en France

Cette partie de la Bretagne possède un littoral sauvage et accidenté mais aussi des plages très abritées, et est balayée par des vents violents tout en bénéficiant d’un climat tempéré. Le patrimoine culturel exceptionnel du Finistère sud est amplement évident à Quimper, la capitale, et lors du Festival de Cornouaille qui s’y déroule. Correspondant au royaume historique de Cornouailles, le Finistère sud est bordé au nord par les Monts d’Arrée et la Presqu’île de Crozon, et à l’est par les Montagnes Noires. Comme le nord du Finistère, au nord, et le Morbihan, au sud-est, la région possède un littoral découpé avec d’impressionnants promontoires, de larges baies et des criques abritées.

La pointe du Van et la pointe du Raz, deux promontoires à l’extrémité ouest du Finistère sud, comptent parmi les endroits les plus sauvages et les plus beaux de la région. C’est ici, au bord de l’Atlantique, que se sont développés quatre des plus grands ports de pêche côtière et hauturière de Bretagne – Concarneau, Douarnenez, Le Guilvinec et Camaret. À l’intérieur des terres, le sud du Finistère est une région de campagne préservée, avec des bois et des rivières étroites qui traversent de profondes vallées où l’on peut découvrir des chapelles étonnamment splendides, nombreuses avec de splendides retables et calvaires.

C’est aussi dans le sud Finistère, avec le Morbihan, que perdure l’esprit de la Bretagne ancienne, mythique et préchrétienne, le plus concrètement. L’esprit breton est imprégné d’un autre monde, d’anciennes idées et rituels païens qui ont donné naissance à des légendes entourant d’innombrables saints. L’Armorique est aussi le pays des Chevaliers de la Table Ronde et des compagnons du roi Arthur, dont les légendes animent une partie de l’histoire passionnante et romantique de cette région.

Quimper, la capitale de la poterie bretonne

C’est cette terre laquelle abrite le Quimper, la capital. Quimper n’est pas seulement une ville du nord-ouest de la France. C’est aussi un peuple et une poterie.

Pour les Quimperiens, le nom de la ville est Kemper, qui dans leur langue décrit un confluent de rivières. (“Quimper” est une interprétation quelque peu absurde car tous les dialectes bretons n’ont pas un “Q” et une vraie prononciation française serait différente de la vraie “kem-pair”). En tout cas, « confluent des rivières » est une description appropriée, car la ville est située à la jonction de deux rivières, l’Odet et le Steir. Deux autres rivières, le Jet et le Frout, sont à proximité, mais voyagent sous terre à travers les limites de la ville. Historiquement, cette proximité des rivières signifiait un lieu idéal pour établir une usine de poterie et ainsi, Quimper est une ville de poterie depuis des siècles.

Son histoire “récente” de production continue de poterie commence en 1708. (Les comptes rendus précédents la datent de 1690, mais l’histoire n’est pas gravée dans le marbre et des découvertes récentes ont fourni de plus amples informations).

Dès la dernière décennie du XIXe siècle, trois usines de poterie étaient en activité dans la ville de Quimper. L’une était l’usine de Porquier, une autre était connue sous le nom de Grande Maison ou usine de la Hubaudière et la troisième, propriété de Jules Henriot, était appelée la Faïencerie d’Art Breton. La faïence émaillée en étain, connue en France sous le nom de faïence, était un produit populaire, en particulier les pièces peintes à la main avec des scènes illustrant la vie en Bretagne.

La fabrication de la faïence est un art. Surtout dans les premiers temps, avant l’introduction de méthodes plus modernes, lorsque les compétences techniques et artistiques nécessaires pour faire un morceau de faïence étaient assez décourageantes. Extrêmement difficile à maîtriser sa fabrication, à Quimper, on est connu pour assimiler la faïence à la “pâte feuilletée” de la production de poterie.

L’utilisation d’une glaçure d’étain opaque est un facteur qui distingue la faïence des autres types de poterie. Les pièces fabriquées par ce procédé étaient appelées faïence en France, en Espagne, en Allemagne et en Autriche; aux Pays-Bas, ils s’appelaient Delft; en Angleterre, le terme était Delftware; et dans l’Italie de la Renaissance, de telles pièces étaient appelées maiolica, ce qui ne doit pas se confondre avec la majolique, c’est en fait un nom commercial de la poterie Minton en Angleterre pour un produit de l’époque victorienne fabriqué à l’aide de glaçures et de méthodes de production sensiblement différentes.

La tradition de la production de faïence Quimper se perpétue aujourd’hui. Mais tout comme la comparaison d’un modèle T avec un produit actuel de Ford Motor Company, le Quimper d’aujourd’hui est très différent du Quimper vintage. Dans de nombreux domaines de la collecte, il existe une ligne de démarcation ; pour la poterie de Quimper, cette ligne est la Seconde Guerre mondiale. Les techniques et les machines modernes introduites dans les jours qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale ont abouti à la création d’un produit différent. Vintage Quimper fait référence aux pièces fabriquées avant cette période; la production ultérieure tombe dans le genre de collection.

Au cas où vous venez de rejoindre notre discussion en cours sur l’histoire de la poterie de Quimper, nous avons fait notre chemin depuis le tout début de la poterie de Quimper “moderne”, c’est-à-dire, à partir de la fondation d’une usine par Pierre Bousquet en 1708, ensuite son entreprise à travers la Révolution française, les débuts de la concurrence locale sur le marché et les effets inévitables de la mort et des impôts. Nous nous sommes d’abord concentrés sur l’usine qui a tout déclenché, ce qui est devenu populairement connu sous le nom de HB Quimper ou La Grande Maison, puis nous nous sommes tournés vers celles qui ont suivi … la première étant la poterie de Porquier, après cela, la deuxième poterie concurrente, de d’autre mots, celle qui est devenu connu sous le nom d’Henriot.

Le duel qui a marqué la poterie à Quimper : Jules v. Jules

On doit nous arrêter dans les années 1920 avec une compétition entre le duel Jules, le duel de Jules Henriot et Jules Verlingue chez HB, créant une atmosphère d’expérimentation et d’innovation dans la poterie comme on ne l’avais jamais vu dans l’histoire récent de la Finistère.

Peu de temps après, HB a lancé sa série à succès Provinces Françaises, dont les motifs emblématiques d’autres régions de France était très remarquables. Henriot, ensuite, s’est « inspiré » pour faire de même. Ci-dessus, une paire d’assiettes Henriot représentant des paysans habillés en costumes normands.

D’autres nouveaux modèles ont également été produits, y compris un motif connu sous le nom d’ivoire corbeille.

Le motif ivoire corbeille présentait généralement une couleur de fond crème / pêche / rose distinctive accentuée de petits cercles épongés bleus et de traits ressemblant à des pétales rose-rouge. Il a commencé dans les années 1920 comme une conception de surglaçure ; les versions ultérieures ont été appliquées sous glaçure, c’est-à-dire directement sur celle-ci. techniquement et artistiquement une proposition plus facile. Remarque important : Les collectionneurs intéressés par des exemples antérieurs doivent être conscients des différences et être capables de faire la distinction entre les deux techniques.

Henriot a introduit un autre nouveau motif au début des années 1920, il s’appelait croisillé. Conçu par Corentine Huitric, l’élément de motif était vaguement basé sur une technique utilisée par Claude Guillibaud au 18ème siècle à Rouen. Exigeant un peu plus d’habileté et relativement chronophage, le motif était généralement réservé aux articles plus chers.

Le début des années 1920 voit la poterie Henriot sortir les arrêts et produire des pièces dignes de l’excès et de l’exubérance de l’époque. C’est aussi à cette époque que la poterie Henriot réédite les dessins de Porquier-Beau. Porquier a fait faillite en 1903-1904 ; Henriot a acheté les moules et les motifs et les droits d’utilisation de la marque en 1913, mais n’a fait usage de cet achat qu’après la reprise de la production à la fin de la Première Guerre mondiale.

L’atelier Henriot des années 1920 a servi de modèle aux artistes d’usine chargés de recréer une scène de Porquier-Beau. Alors que les scènes étaient fidèlement copiées des aquarelles originales de Beau du 19ème siècle, les couleurs utilisées dans les versions ultérieures d’Henriot reflétaient naturellement les styles de l’époque et avaient tendance à être plus lumineuses, avec l’utilisation d’une teinte d’orange relativement forte par exemple. Notant qu’il n’y a pas de “toujours” quand il s’agit de poterie de Quimper, mais que la glaçure orange vif peut être une indication de ce que l’on appelle parfois à tort “deuxième marque Porquier-Beau”. Pour être vraiment précis, il y a deux marques Porquier-Beau qui ont été utilisées avant l’achat d’Henriot … à la poterie de Porquier elle-même. D’abord, un P et un B entrelacés sans empattement jusqu’en 1894 et avec un empattement après cette date, laquelle s’agit d’une date qui dénote la fin de la participation active d’Alfred Beau à la poterie.

La vraie seconde marque Porquier-Beau, le même P et B entrelacés mais maintenant avec un empattement. Comme indiqué précédemment, il a été utilisé à partir de 1894, après que Beau a mis fin à son association avec la poterie … il était également souvent augmenté du titre de la scène. La marque Porquier-Beau utilisée par Henriot pour ses interprétations ultérieures du XXe siècle est la suivante :

Voici, on regard qu’il y inclus un numéro, lequel est utilisé pour identifier l’artiste responsable de la décoration de la pièce. Cette méthode de numérotation a également été utilisée sur d’autres productions Henriot facilitant à la fois le contrôle de la qualité et la détermination du paiement.

Un certain nombre de poursuites ont eu lieu au cours des premières décennies du XXe siècle.

Un de ces procès « Jules contre Jules » concernait la propriété de modèles et de motifs. La poursuite intentée par Henriot visait à faire breveter plusieurs motifs – quinze en tout – y compris leur restitution de certains fleurs comme l’ajonc et la bruyère.

Mais tout comme les procès antérieurs entre Porquier et HB n’ont pas abouti à la « propriété » de la création de motifs représentant des paysans habillés de façon traditionnelle, le tribunal a constaté dans ce cas que les scènes en question n’étaient pas propriétaires et appartenaient plutôt au domaine public

Une exception est une scène conçue par J-M Roquet en 1906 alors qu’il travaillait chez Henriot parce que dans sa décision de 1921, le tribunal a accepté la condamnation de M. Verlingue qui a été condamné à une amende de 2000 francs, ce qui est égale à plus de 2500 dollars d’aujourd’hui et HB s’est vu interdire de produire d’autres pièces avec ce dessin. Des exemplaires d’inventaire existants ont été condamnés à la saisie, pour lesquels Verlingue a dû payer 50 francs chacun, l’équivalent de plus de 60 dollars pour chacun.

Le tribunal a noté qu’il ne s’agissait pas d’un cas d’espionnage délibéré des entreprises, mais plutôt du fait que des travailleurs changeaient d’usines qui avaient souvent amené des poncifs et des modèles. Le tribunal a averti Verlingue d’être plus prudent à l’avenir. Piqué par la décision, Verlingue a peu de temps après riposté avec son propre procès.

Les origines de cette décision se trouve à l’origine même de la poterie de Jules Henriot, qui a commencé à produire de la faïence en 1891. Pour distinguer leur production, les pièces étaient signées d’un H et d’un R enlacés censé représenter Henriot (le H) et le nom de jeune fille de sa femme Riou (le R).

Au moment de la décision du tribunal, il était devenu habituel pour les deux usines d’ajouter “Quimper” à la marque pour la distinguer comme le lieu de production mais le procès de Verlingue a soutenu que le HR d’Henriot ressemblait trop étroitement à la marque HB de longue date de la poterie HB et a semé la confusion sur le marché. Le tribunal a accepté et Henriot a été invité à changer sa marque. Au départ, il a été suggéré que «H x R » serait acceptable. Mais finalement, la décision fut d’utiliser “Henriot” cette pratique débutant en 1922. La rivalité ne s’arrêta cependant pas et de nombreux exemples revinrent à Verlingue, rendant le H et le R un peu plus proéminents.

On ne peut qu’imaginer le chagrin de Jules Henriot d’avoir perdu devant les tribunaux, mais on pense aujourd’hui que le changement a en fait dopé les ventes puisque “Henriot” était plus facilement mémorisé, notamment par le marché américain de plus en plus important.